ABIDJANNEWS
AbidjanNews est une site moderne d'informations diversifiées. faisons la promotion d'une nouvelles façon d'informer!

BREAKING NEWS

Partagez

le président de la commission des Affaires étrangères du Conseil National de Transition de la Guinée(CNT), l’honorable El Hadj Ibrahim Sorel Keïta a accordé une interview à abidjannews

https://afrikafreelance.com/

Bref portrait de notre invité :
Il est lhonorable Ibrahim Sorel Keita, président de la commission des Affaires étrangères, du CNT guinéen, ce qui est léquivalent de lAssemblée nationale parlementaire membre depuis fin janvier 2021 ; il est à la tête des Affaires étrangères des guinéens de l’étranger et de la coopération internationale et de lintégration africaine. Cest une commission qui a un champ dactions et dintervention assez large, qui dailleurs a le même intitulé que le ministère des affaires étrangères guinéens. Avant cela il a été acteur privilégié de la diaspora guinéenne même africaine en France où il a vécu plus dune trentaine dannée et est professeur de droit à luniversité. Il a été aussi journaliste et communicateur et responsable de BDMTV (banlieue diversity media tv)
Il a beaucoup milité dans le monde associatif, vice- président de S.O.S racisme, la principale organisation de lutte contre le racisme en France, et autres association de la diaspora.

1-EL HADJ IBRAHIM SOREL KEÏTA, QUEL EST LE BUT DE VOTRE PRESENCE EN TERRE IVOIRIENNE ?
Deux raisons :
La première est une raison professionnelle, jai un ordre de mission, je suis là pour rencontrer et échanger avec mes homologues de l’Assemblée nationale de Côte dIvoire et surtout mimprégner de la réalité du parlementaire ivoirien parce que nous avons pour ambition de travailler sur la nouvelle constitution Guinéenne donc cest important de senrichir des expériences dautres Etats notamment de lAssemblée nationale de la Côte dIvoire.
La seconde, cest une visite privée familiale. Je rentre fraîchement de la Mecque. Cest important de venir communier après le pèlerinage avec ma famille originaire de la Côte dIvoire notamment du nord et moi-même jai grandi en Côte dIvoire quoique d’origine guinéenne, je nai découvert la Guinée que pendant mon séjour français. Mes amis ivoiriens mont dit qu’ils souhaitent que je bosse ici. En fait je leur ai répondu qu’en Côte dIvoire, il y a une dynamique positive, alors quen Guinée, tout est à refaire, ils ont plus besoin de personne comme moi qui sont des experts. Et en Guinée, jai décliné plusieurs propositions. Cest seulement celle du Colonel Doumbouya qui ma intéressée. En effet, au soir du 05 septembre 2021 du coup dEtat, il y a un échange entre lui et moi (échange très fructueux) parce que le régime était à bout de souffle, il ma dit jai besoin de toi mon frère, viens à Conakry pour quon travaille ensemble et au mois de décembre je me suis installé. Quand je suis à l’étranger, je me sens un ambassadeur de cette transition. Donc ici en Côte dIvoire, je suis un ambassadeur de la transition guinéenne, jai mandat du président de l’Assemblée nationale.

2. A LOCCASION DU PREMIER ANNIVERSAIRE DE LA TRANSITION EN GUINEE, QUEL BILAN EN FAITES-VOUS ?
Cest un bilan dans lensemble positif, moi je souhaitais que la transition soit civile et citoyenne mais on peut la qualifier de civilo- militaire parce que quand on regarde la composition du gouvernement, au début cétait 100% civils aujourdhui il y a un seul militaire, on peut dire que cest une transition civilo-militaire. Car y a un certain nombre de postes importants occupés par les civils. Même si les préfets sont la plupart des militaires, les civils ont toute leur place et le colonel Doumbouya, (l’un des rares présidents) a eu lintelligence de faire appel à la diaspora. Jen suis un des fleurons.
Dès le départ, il a joué la carte de lapaisement. Le Colonel Doumbouya et moi en terme de discours, nous étions en phase cest pourquoi toute suite de on sest apprécié mutuellement, ensuite il ne se limite pas à faire des discours, il pose des actes. Par exemple, sous le régime de Dadis Camara, il sest produit un drame terrible. Celui du 28 septembre au stade où il y a eu un massacre, des femmes ont été violées, des morts enregistrés. Le régime Alpha avait promis de faire justice aux victimes malheureusement ça na pas été fait. Dès que les militaires accèdent au pouvoir, le Colonel Doumbouya pose des actes forts ; en ce sens quil sincline devant la mémoire de ces victimes tombées. Puis, il lance des actions anticorruptions, crée une institution (sensée lutter contre les crimes et la corruption et fait arrêter un certain nombre de corrompus). Le colonel Doumbouya relance les grands travaux routiers parce que la Guinée a un manque criard dinfrastructures routières. Il crée un état desprit nouveau qui est une dynamique, positive et vertueuse. Le taux de vol à main armée a été réduit, y compris aussi les agressions.
La Guinée est connue comme le deuxième producteur mondial de bauxite, en ce sens que le pays regorge des réserves les plus importants de fer; à cet effet, un projet dexploitation de fer estimé à des milliards de dollars est en cours dexécution ; cest donc Doumbouya qui a relancé ce projet, le contrat a été signé il ny a pas très longtemps. Bref, il y a une saine émulation qui a été créée.
Sur le plan des droits de lhomme, le colonel Doumbouya a procédé à la libération des prisonniers politiques. Moi jai mené la lutte pour la libération des prisonniers politiques en phase avec lui parce quil pose des actes forts. Cest pour ça jai accepté de rentrer et de travailler avec lui. Moi, je dirais que le bilan aujourdhui est globalement positif. Cependant ce bilan peut être amélioré notamment sur la question de lapaisement du climat politique et sur la question du respect scrupuleux des droits de lhomme. Mais les gens ne sont pas séquestrés comme dans le passé, il y a des leaders qui ont été en prison, coupables de détournement de deniers publics ; jai dit de manière générale on est dans un bilan qui est globalement intéressant.

ET SUR LA QUESTION DE SECURITE ?
A ce niveau, il ny a aucune préoccupation à propos de la libre circulation des personnes et des biens et la sécurité y est. Seulement suite à des manifestations récentes, on a enregistré sept morts, un bilan plutôt négatif. On pensait quavec le régime de Doumbouya le sang ne coulerait plus malheureusement ce nest pas de son fait. En fait, on arrive dans un pays où il y a des habitudes qui sont très fortes et ces habitudes ne peuvent pas être modifiées du jour au lendemain. Ce sont les risques dune gestion de la politique de maintien dordre. Mais nous sommes loin du compte de ce qui sest passé dans le régime précèdent. Mais à la base, la manifestation était interdite et ces morts -là ce nest pas des morts dune insécurité globale dans tout le pays, ce sont des morts quon a enregistrés suite à des manifestations donc cest plutôt la gestion dune manifestation qui ne sest pas bien passée.

3-LE PRESIDENT ALPHA CONDE A ETE RENVERSE PAR LE COLONEL DOUMBOUYA, QUEST-CE QUI JUSTIFIE SELON VOUS, CE PUTSCH ?
Il faut le dire, il y avait trop de gabegie, trop de corruption, de violences et les gens se regardaient en chiens de faïence, les libertés fondamentales étaient violées, les libertés publiques nétaient pas respectées parce que le pays allait vers une dérive terrible. Sous le régime dAlpha Condé, cétait des principaux opposants qui étaient emprisonnés, interdiction de sortir, des passeports confisqués et un bilan de plus de deux milles morts.

4- Y-A-T-IL UN BESOIN DE REFORME DE CONSTITUTION EN GUINEE ?
Réformer la constitution se pose avec acuité, parce que de toute façon la vocation de notre parlement est délaborer et de faire adopter la constitution par referendum. Cela fait partie de notre mission, par ailleurs il ny avait pas de vraie constitution en Guinée parce quen réalité, il y existe une constitution qui a été adoptée en 2020 mais qui a été adoptée de manière illégale avec un référendum qui a été totalement biaisé, donc on ne peut pas dire aujourdhui quil ny a pas besoin dune constitution dautant plus que comme vous le savez, chaque fois quil y a des coups dEtat, on suspend la constitution. Lidée est délaborer une nouvelle constitution qui soit conforme aux aspirations du peuple de Guinée et tienne en compte de lexpérience du passé, moi je fais partie des gens qui justement travaillent sur lavant-projet de cette constitution-là. En plus, il y a besoin de faire une nouvelle constitution parce que lancienne était viciée par des irrégularités légales, par la législature notamment référendaire, car lex président Alpha Condé lavait imposée. Je vous donne un exemple, la constitution précédente, pas la dernière ; la précédente avant la dernière interdisait la possibilité au chef de lEtat de briguer un troisième mandat ; cétait dans la constitution deux mandats et cest fini, cette constitution a été violée par Alpha Condé, il a reformé la constitution qui lui permettait de briguer un 3ème mandat. Il nous faut une nouvelle constitution au cours de cette transition celle qui soit la plus adéquate possible. Il est important de sinspirer des expériences de la sous-région et particulier celles de la Côte dIvoire.

5-QUELLE PLACE OCCUPE EN CE MOMENT LOPPOSITION DANS LA GESTION DU POUVOIR ?
Lopposition noccupe pas de place, il ny a pas dopposition officielle, il existe lancienne opposition parce quen fait jaime bien cette formule selon laquelle : les régimes de transition ont vocation à être à équidistance de certaines problématiques politiques et politiciennes, ils sont neutres.
Ainsi, ceux qui dirigent le pouvoir en Guinée doivent être neutres, ils ne se sentent pas appartenir à une majorité face une opposition. Et ces derniers temps, en raison des crises, évidemment il y a un certain nombre de gens aujourdhui qui ne se sentent pas concernés par la transition en cours et sopposent à ce qui se passe, mais cette opposition est circonstancielle. Elle est née du fait que le régime a proposé une transition dune durée de trente-six mois alors que la classe politique, la plus représentative dans son ensemble souhaite que la transition ne dépasse pas vingt-quatre mois, voici la raison des manifestations. Mais bien avant lensemble des forces vives de la Guinée soutenaient la transition du Colonel Mamadou Doumbouya, cest au fil du temps que malheureusement, les choses se sont dégradées parce que le Colonel a adopté finalement une transition de trente-six mois, et certains ne sont pas daccord, car ils sont pressés daccéder au pouvoir. Mais mes échanges avec mes homologues ivoiriens mont confirmé dans lidée que pour quune transition soit réussie il ne faut pas quelle soit bâclée. Il ne faut pas quelle soit trop courte, il faut quon prenne le temps de poser les fondamentaux, dassainir un certain nombre de situation notamment tout ce qui est fichier électoral, tout ce qui est urgence politique et économique. De ce fait, nous pensons que le délai de trente-six mois peut être raisonnable, et que sil fallait revoir, il fallait vraiment baisser à la marge, peut être descendre à trente mois parce quil y a un certain nombre de projets à réaliser qui ne doivent se faire rapidement au risque de compromettre lissue de la transition. Il faut trouver un terrain dentente mais on a bon espoir. Toutefois, le médiateur de la CEDEAO vient de quitter la Guinée. Les échanges se sont bien déroulés dans lensemble avec de la bonne volonté.

6- QUELS SONT LES RAPPORTS QUE LE REGIME MILITAIRE ENTRETIENT AVEC LES AUTRES REGIMES DE LA SOUS-REGION (LE BURKINA FASO, LE MALI), ET AVEC LA CEDEAO ?
Cétait des rapports un peu tendus avec la CEDEAO sur la durée de la transition. Elle a exigé un certain nombre de demandes estimant que les transitions ne doivent pas être longues, et doivent durer maximum deux ans. Ce quelle a fait avec le Burkina, le Mali et la Guinée. Il faut arrêter de taper sans arrêt sur la CEDEAO. Elle est dans son rôle maintenant cest aux Etats dexpliquer à la CEDEAO quils ont besoin de plus de temps parce que leurs réalités sont différentes de celles des autres, tous les Etats nont pas la même réalité. Aujourdhui la CEDEAO a laissé un temps à la Guinée mais reste plutôt proche des vingt-quatre mois. Il y a donc un an décart qui fait lobjet dune petite dispute entre la Guinée et le CEDEAO. Mais je pense quon trouvera une solution parce que la Guinée est membre fondateur de la CEDEAO et que les sanctions handicapent plus le peuple que les dirigeants. Pas besoin que la Guinée soit sanctionnée parce quil y a vraiment un processus dynamique et positif en cours en ce moment en Guinée.
-ET LE RAPPORT AVEC LES PAYS DE LA SOUS-REGION, LE MALI, LE BURKINA FASO ?
Les colonels des trois pays : Assimi Goïta, Doumbouya et Damiba sentendent très bien, surtout avec le Mali puisque le Mali et la Guinée cest deux poumons dun même corps ; et ça été dit par tous les présidents successifs. La Guinée dailleurs a refusé dappliquer les consignes de la CEDEAO lorsque le Mali a été sanctionné, la Guinée est le seul pays de la CEDEAO qui a continué sa relation avec le Mali et le port de Conakry a compensé la fermeture des ports de Dakar et dAbidjan. Récemment il y a eu quelque chose dinédit en Afrique de louest et je pense en Afrique tout entière ; il sest tenu un conseil des ministres conjoint guinéen qui a accueilli une délégation de haut niveau au Mali.

7-AUJOURDHUI, LA SOUS-REGION EST SOUMISE A TROIS REGIMES MILITAIRES, QUEL REGARD FAITES VIS-A-VIS DE LA DEMOCRATIE EN AFRIQUE FRANCOPHONE ?
Je viens de vous parler de ces trois régimes ; mais ces régimes-là sont nés suite à des constats de gabegie financière, de corruption des régimes précédents ; moi je suis un démocrate donc je suis forcement contre les coups dEtat. Malheureusement, certains coups dEtat sont salutaires parce que lorsque lordre en place est un ordre répressif, illégal, illégitime, violent et anticonstitutionnel, cest de la responsabilité de tout patriote de combattre cet ordre. Vous savez dans la plupart des constitutions de nos pays, il y existe larticle à la résistance à loppression cest à dire quand un peuple est opprimé à un certain niveau, il y a le plein droit de refuser cette oppression. Alors sans être partisan de coup dEtat, je considère quil y a des moments quon peut comprendre cette nécessité de changement face à une dictature. Je ne dirai pas que le Mali étant une dictature mais une autocratie familiale et qui avait du mal à gérer une crise, ce qui explique le coup dEtat aussi ; en Guinée cétait une dictature clanique et cétait un gâchis parce que cétait quelquun de formidable du point de vue du combat démocratique qui avait pris le pouvoir le président Alpha Condé. Cependant lexercice du pouvoir la transformé en autocrate délirant. Cest peut-être au Burkina que les choses sont nuancées parce que Rock Marc Christian Kaboré venait dêtre élu, et ce fut un bon président. Javoue que ça ma beaucoup touché quand jai appris quil avait été lobjet dun coup dEtat mais pour les deux autres je nétais pas étonné.

https://afrikafreelance.com/

8-QUELLE OBSERVATION FAITES VOUS AUJOURDHUI DES RAPPORTS ENTRE LA SOCIETE CIVILE ET LE POUVOIR EN PLACE ?
Les rapports sont mitigés ! La société civile officielle sentend bien avec le pouvoir, la société civile proche de l’opposition par contre a des rapports difficiles. Ce sont eux qui ont lancé les manifestations, ils sont organisés, ils estiment que le mandat de la transition ne doit pas durer trois ans, mais plutôt au maximum deux ans.

9- QUEL RÔLE DOIT JOUER LA DIASPORA DANS L’INSERTION SOCIALE DES JEUNES EN AFRIQUE EN GENERAL ET PARTICULIEREMENT EN GUINEE ?
Le rôle de premier plan, parce que la diaspora est un réservoir de compétences inestimables. Elle est une ouverture desprit car, ils sont allés à l’étranger, ils se sont imprégnés dun nombre dexpériences. La diaspora cest aussi une capacité dadaptation parce quils ont été dans des environnements difficiles, ils se sont adaptés Cest aussi des ressources financières parce que beaucoup de pays tiennent grâce à la diaspora surtout la Guinée. Je crois quen partie le cas de la Côte divoire aussi mais surtout la Guinée, le Mali sans la diaspora ils ne tiendraient pas, il y a des gens, des populations entières qui narriveraient pas à vivre si elles navaient pas la diaspora. Autrement dit, la diaspora cest que du bénéfice pour le pays intelligent. Je dis ça parce qu’il y a des pays qui à un moment, ont opposé ceux de la diaspora et les locaux ; ils ont dit : regarde les gens là, ils ne sont pas comme vous, cest des blancs, cest des coupables, ils viennent prendre vos places ceci et tout, en fait cest une erreur mortelle, la diaspora cest une chance pour les différents pays. Encourager vos frères, vos surs et vos enfants qui vivent là-bas surtout ceux qui ont la nationalité, les aider à constituer des groupes de pressions comme font les juifs, les israéliens aux Etats Unis même en Europe. Au Etats Unis lun des lobbyings les plus puissants, cest celui des juifs. Aujourdhui Israël reçoit des milliards de dollars daide y compris militaire, cest à dire pour faire la guerre ; des milliards de dollars vous vous rendez compte ce que cest ? et cest grâce à qui ? cest grâce aux enfants dIsraël disséminés en Amérique, qui pour certains, ont réussi, qui pour la plupart ont la double nationalité. Cest un modèle dont doit sinspirer la diaspora avec laide des Etats africains. Moi jaspire à faire le pont cest-à-dire un pied sur le terrain de la transition et un autre de lautre côté même après que la transition soit à son terme.

10-QUELS TYPES DECHANGES ENTRETIENT LA GUINEE AVEC LE RESTE DU MONDE EN PARTICULIER LA FRANCE ?
Des échanges plutôt intéressants avec la France. Ça se passe plutôt bien avec la France pour linstant, le président Macron ne condamne pas trop. Il suit la transition avec beaucoup dintérêt parce quun travail colossal est en train dêtre fait en Guinée. Il était agacé à un moment, par les velléités dictatoriales dAlpha Gondé. A notre niveau, nous faisons le travail pour expliquer la transition guinéenne à nos amis français et européens. Moi jai un gros travail de lobbying pour expliquer que cette transition doit être soutenue parce quelle a beaucoup davantages, mais tout nest pas parfait mais on va continuer à bosser pour que tout saméliore. La transition en Guinée est utile et nécessaire. Je vous remercie.

VOTRE MOT DE FIN !
Je suis content dêtre en Côte dIvoire. Cette transition doit réussir si on veut quil ny ait pas dautres transitions et l’expérience guinéenne est très intéressante et quelle doit senrichir des expériences de la sous-région comme celle de la Côte dIvoire.

Je remercie les honorables COULIBALY Famoussa président de la commission des Affaires étrangères, SANGARE Yacouba rapporteur de cette commission et lhonorable madame Massaran TOURE qui est député de Yamoussoukro, qui mont reçu avec beaucoup de fraternités et de chaleurs et qui mont beaucoup instruit sur la réalité du travail parlementaire ici en Côte dIvoire. Cétait un échange très riche et très fructueux.

CAM

@abidjannews2

Partagez

https://afrikafreelance.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 + 30 =