ABIDJAN NEWS
Site de traitement des informations générales sur le plan local et international.

La chaire unesco au 3e forum contre la discrimination et le racisme

236

- VOTRE PUB ICI-

TROISIÈME FORUM MONDIAL CONTRE LA DISCRIMINATION ET LE RACISME

«  La course au sommet : Faire de léquité et de la justice raciale une priorité des agendas de développement », tel est le thème central autour duquel gravitent toutes les articulations du 3e forum mondial de l’UNESCO sur la discrimination et le racisme qui a ouvert officiellement ces portes ce mercredi 29 novembre 2023 à São Paulo au Brésil.

La problématique de la discrimination basée sur le genre et le racisme sont perçus comme une pandémie mondiale qui contribuent au renforcement de la pauvreté, au sous-développement, à la marginalisation, à lexclusion sociale et à linstabilité, au détriment des personnes et des pays. Cest pourquoi, lUNESCO a inscrit au cur de ses priorités la question de la discrimination aussi bien basée sur le genre que sur le racisme. Le présent document vise à rendre compte de la participation de la Cote dIvoire au forum dédié aux discriminations basées sur le genre et au racisme.

Lobjectif de ce 3e forum visait à mener des réflexions sur limportance de placer les questions du genre, de la discrimination et du racisme au centre de lélaboration et de la mise en uvre des stratégies de développement socio-économiques. Il ambitionnait également de lancer (i) le réseau d’autorités nationales pour accélérer le développement de politiques publiques et de solutions innovantes en faveur des valeurs de paix, de dignité humaine, d’égalité, de non-violence et de non-discrimination, ainsi que (ii) le rapport sur les perspectives régionales et données sur la discrimination raciale dans le monde numérique (Perspectives mondiales de l’UNESCO contre le racisme et la discrimination.

Les participant.es composé.es des responsables gouvernementaux brésiliens, de Ministres venant du Népal, du Mexique, du Panama, dHonduras, de lArgentine, du Canada, des Etats Unis dAmérique, du Zimbabwe, de la Côte dIvoire, de lAfrique du Sud, de la Tanzanie, de la RD Congo, de la France, du Rwanda, du Burundi, du japon, de lItalie ont partagé leurs expériences et les bonnes pratiques pour s’attaquer à la discrimination fondée sur le Genre, les injustices de lhistoire, le racisme systémique qui constituent des obstacles au développement et à la justice dans les sociétés.

Plusieurs communications portant sur la manière dont les lois formelles , les politiques, les institutions y compris le système judiciaire ont contribué à créer un environnement favorable à justice et l équité raciale, (ii) nécessité de la disponibilité des données en rapport avec la discrimination raciale pour soutenir des politiques sociales pertinentes et efficaces,(iii) le coût du racisme pour évaluer les pertes enregistrées par les sociétés eu égard la persistance du racisme ont été entendues à partir des termes suivants :
« Rompre avec le statu quo : faire progresser la résilience basée le genre
Avec la Commission Lancet sur les causes et les conséquences des violences à légard des femmes, de la jeunesse et des enfants ».
Transformer les MENTALITES : Engager les hommes et les garçons sur légalité entre les femmes et les hommes.


Éduquer plutôt que haïr : lutter contre le racisme, les discours de haine et traiter la question des passés violents par léducation.
Égalité devant la loi, pourquoi le racisme persiste -il ?
Le coût du racisme : évaluer ce que les sociétés ont à perdre.
Développer léducation aux médias et a linformation et une gouvernance des plateformes respectueuses des droits humains.
Nettoyer les données : les données sur légalité sont-elles fiables ?
Limpact des récits sur la discrimination des migrants.
Pour madame Gabriella RAMOS, Directrice Générale Adjointe de l’UNESO, il est plus que jamais dactualité de voir des politiques, des décisions et des actions effectives avec des moyens conséquents pour en assurer leur mise en uvre afin dobtenir un impact réel sur la réduction des inégalités basées sur le genre et la discrimination raciale.

Les communications de la Côte dIvoire prononcées par Madame la Ministre Euphrasie Kouassi Yao ont porté sur les thèmes suivant: « Rompre avec le statu quo : faire progresser la résilience basée le genre  et « Avec la Commission Lancet sur les causes et les conséquences des violences à légard des femmes, de la jeunesse et des enfants » en lien avec les 16 jours dactivisme de lutte contre les violences basées sur le Genre.
Il s’agissait de mettre en lumière la manière dont les différences de possibilités dopportunités, de rôles, de besoins et de contraintes façonnent et influencent la résilience des hommes et des femmes et proposer des solutions pertinentes et innovantes pour creuser les causes et les conséquences en vue dadresser efficacement les questions des violences basées sur le genre. Les expériences (i) des cadres institutionnel, juridique et opérationnel favorables mis en place sous le leadership de son excellence monsieur Alassane OUATTARA, (ii) des actions transversales du gouvernement ivoirien, (iii) du Fonds dappui aux femmes de Cote divoire(FAFCI) à l’initiative de la Première dame de Cote divoire, (iv) du Compendium des Compétences Féminines de Cote d’Ivoire qui adresse la problématique du rehaussement du rôle de la femme dans la gouvernance administrative et élective, et enfin de la prise en compte systématique du lapproche genre dans toutes les initiatives de développement à travers la formation en Ingénierie du genre ont été partagées. Cest la somme de ces interventions y compris celles des ONG et les partenaires au Développement qui ont permis à la Côte dIvoire dêtre le premier pays africain à faible score de discriminations sociales selon le classement SIGI mondial 2023 de lOCDE.

En terme de solutions novatrices, la méthode COFA, développée par la Ministre Euphrasie KOUASSI YAO en tant que Titulaire de la Chaire UNESCO « Eau, Femmes et Pouvoir de Décisions » a été présentée. Les injustices étant souvent sournoises , mal perçues et fortement ancrées dans la mentalité , le subconscient, les propositions suivantes  ont été faites:
SInformer, se former pour comprendre lécosystème lié à la thématique des discriminations raciales ainsi que celles basées sur le genre qui sont à lorigine des inégalités.
Passer du changement de mentalité à une mentalité de changement.
Faire de la question de la transversalité et de linclusion une réalité et une priorité pour garantir limpact à grande échelle sur les communautés.
Utiliser la méthode COFA, proposée par la Ministre Euphrasie KOUASSI YAO, Titulaire de la Chaire UNESCO « Eau, Femmes et Pouvoir de Décisions » pour atteindre les objectifs qui mettent au centre, limpact immédiat, la transformation humaine sociale et structurelle dans une approche communautaire participative et inclusive.

Des sessions interactives, des sessions parallèles, des dialogues politiques, des Masters Class, des segments artistiques et créatifs ont été des canaux proposés par lUNESCO aux participant.es pour exploiter leurs connaissances et leurs compétences dans la conception et la mise en uvre de stratégies de lutte pour légalité des chances et opportunités entre les femmes et les hommes, la discrimination raciale en alignement avec les programmes de développement socioéconomique.
A lissue de ce forum mondial contre la discrimination et le racisme, lon retiendra  les recommandations suivantes :
La prise de décisions sur des politiques et des actions effectives avec des moyens conséquents pour en assurer leur mise en uvre afin dobtenir un impact réel sur la réduction des inégalités basées sur le genre et la discrimination raciale.
Vu le caractère sournois de certaines discriminations, il est primordial d’éviter la stigmatisation des hommes mais en faire des alliés ,
La lutte pour légalité des chances entre les femmes et les hommes, nétant pas un enjeu uniquement féminin, les hommes et les femmes doivent travaillés ensembles, être solidaire pour parvenir à briser les normes, les stéréotypes qui maintiennent les discriminations
La nécessité de disposer des données statistiques en rapport avec la discrimination raciale pour soutenir des politiques sociales pertinentes et efficaces.
La transformation des masculinités et l’inclusion les hommes dans les actions pour des résultats à impact durable.